Table ronde – Tablettes en bibliothèques TEB2016

Programme TEB2016 tablettes en bibliothèque

màj – 22/06/2016 : Les compte rendus des deux tables rondes sont disponibles sur le site de la Souris Grise. Nous vous en conseillons la lecture !

J’interviens lors d’une table ronde organisée par la Souris Grise et le Labo de l’édition lundi 13 juin sur le thème des pratiques et éthiques d’acquisition de ressources applicatives.
C’est un sujet délicat mais sur lequel on devrait pouvoir s’entendre. Il n’y a aucune raison pour que les pratiques (acquisition, utilisation, prêt…) soient si différentes de celles du livre papier – sachant d’autant plus que (1) les prix ne sont pas comparables et que (2) les pure-players ne bénéficient pas de la manne importante de revenus que représente encore à ce jour la reprographie.
.
La suite de la matinée concernera des Témoignages et retours d’expérience en Haute Marne et en Poitou-Charentes autour des parcs de tablettes mises à disposition dans certaines régions. Le Kit@lire est ainsi une « bibliothèque numérique nomade créée par le Centre du livre et de la lecture Poitou-Charentes, intégrant ordinateurs, liseuses, Ipads, ressources numériques (textes, musique, vidéos), et ouvrages papier ».
.
La matinée devrait intéresser les bibliothécaires en section jeunesse ainsi que les médiateurs numériques ; et, amener vers des échanges constructifs et passionnants !
.
Programme TEB2016 tablettes en bibliothèque

Pourquoi n’êtes-vous que sur iPad et pas sur Android ?

La bataille entre Apple et Google iOS et Android

« Quel dommage que toutes vos applis ne soient que pour Ipad… »

Voilà un des derniers messages sympathiques laissés sur notre page Facebook. C’est un commentaire qui revient souvent sous forme de question à propos d’Android, d’où le titre de cet article…

Le choix de l’App Store est d’abord un choix éditorial

Lorsque nous avons créé les éditions CotCotCot en 2011, l’App Store était le seul à filtrer les applications. Il nous semblait important d’ancrer notre maison d’édition dans une démarche de qualité.

La décision de ne pas être sur Google Play est d’ordre technologique et économique

Faire le choix du système d’exploitation Android, c’est se retrouver devant la complexité de devoir tester chacune des tablettes sur le marché utilisant le système d’exploitation de Google.
Comment alors garantir une qualité optimale à nos lecteurs ? Nous avons parfois des retours qui concernent le bon fonctionnement de l’appareil (ex. : les problèmes de sons rencontrés lorsqu’on ne maîtrise pas très bien les paramètres de la tablette) et non la qualité intrinsèque de nos applications.
Imaginez le nombre de marques présentes, le nombre de ratios d’écrans différents (ceci à une incidence notable sur les illustrations)… On se retrouve alors devant un parc de tablettes peu homogène et des fabricants peu prompts à améliorer rapidement et régulièrement le système d’exploitation. Je vous renvoie d’ailleurs à cet effet vers un article récent d’IDBoox :  les constructeurs trop lents à mettre à jour Android pointés du doigt (mai 2016).

Nous avons développé en « natif », c’est-à-dire spécifiquement pour le système d’exploitation iOS via Xcode. Notre R&D a essentiellement porté sur le hors-format (hors-champs dans Bleu de Toi, frise dans Qui fait bzz ?) et requiert pas mal d’itérations et de tests mémoire. Migrer nos applications sur Android nécessiterait un nouveau développement. Sachant que la plupart des utilisateurs Android cherchent avant tout des applications gratuites, nous n’y voyons pour l’instant pas d’intérêt économique. S’il y a un mécène dans la salle…

Enfin, je vous propose d’imaginer une conversation typique avec les pro-Android :

Ah, vous n’êtes pas sur Android.

  • Non, nous serions obligés de refaire tout le code de nos applications. Le retour sur investissement serait compliqué. Mais, qu’achetez-vous comme application pour vos enfants / vos usagers ?
  • Je n’achète jamais rien. Que du gratuit !
  • Des livres alors ?
  • Non, ils jouent essentiellement des jeux comme Angry Birdy… Mais pourquoi est-ce que vous ne mettez pas de la pub dans vos applis ?
  • Hmm, parce qu’on ne vend pas de la lessive et qu’on s’adresse à des enfants peut-être…

Cette discussion peut vous paraître caricaturale. Elle est bien en-deçà de ce que j’ai pu entendre ces dernières années.

Alors, le futur réside-t’il dans l’ePub3 ?

Grosse question… Notre prochain livre numérique – Ma Mamie en Poévie » – sera multiplateforme mais il ne s’agira plus d’une application. Nous avons choisi le format ePub3 qui consiste (grosso-modo) à encapsuler un code html dans un gros zip.

Les avantages :
– il sera possible de le lire depuis une tablette, un ordinateur ;
– le livre est interactif.

Les difficultés rencontrées :
– on reste dans un format homothétique : c’est le lecteur (Calibre, iBooks) qui définit le format du livre… c’est moins souple qu’une application mais cela répondait bien aux exigences du texte de François David. Il s’agit ici plus d’un livre illustré que d’un album jeunesse ;
– les problèmes techniques sont interminables et essentiellement dus aux logiciels de développement et de lecture ;
– notons que tous les fabricants et plateformes de diffusion ne jouent pas le jeu alors que c’est un format ouvert standard ! Acheter, installer, lire correctement un ePub3 reste encore et toujours une gageure.

En conclusion, j’aimerais dire ici la difficulté de créer des livres numériques innovants…

lorsqu’on est tributaire de technologies tierces – qu’elles soient fermées ou ouvertes et que nous ne serions être tenus responsables de l’état du marché. Le logiciel libre n’est pas non plus une réponse à tout lorsque le modèle économique ne permet pas une juste rétribution des différents intervenants – et ils sont nombreux compte tenu qu’on parle d’oeuvres multimédia. Je vous renvoie ici à un article d’Actualitté : Pour le livre, l’absence d’interopérabilité “est insupportable” (mai 2016).

 

Numerique-Jeunesse.com

Numérique Jeunesse - bandeau

Lancement réussi de notre nouveau site à destination des bibliothécaires, enseignants, médiateurs culturels et animateurs intéressés par le livre numérique jeunesse.

Numerique-Jeunesse-logo-facebookNous y avons déposé l’ensemble du contenu de notre formation ‘Tablette numérique : les possibilités de médiation en bibliothèque’ donnée dans les locaux du Centre de Littérature Jeunesse de Bruxelles en mai dernier sous licence creative commons CC-BY-NC-ND.

N’hésitez pas à fureter sur le site et à partager autour de vous !

La formation permet de :

  • comprendre les différences entre ebook et livre-application ;
  • recentrer le débat sur le contenu (et non l’équipement) ;
  • approfondir sa ‘culture numérique’ : terminologie, critères de sélection, lecture numérique;
  • agrémenter votre catalogue de chouettes applications et livres numériques jeunesse ;
  • jouer de la complémentarité papier-numérique au travers de la création d’ateliers vit’animés !
  • organiser sa veille ;
  • et surtout s’amuser parce que la tablette, avant d’être un outil pédagogique, est un formidable vecteur de partage, de créativité et de lecture-plaisir !!