Quel est l’intérêt d’acheter des applications iPad et livres numériques ? Quelle différence entre une appli iPad, un jeu vidéo et un dessin animé?

Les livres sont un élément clef dans l’acquisition du langage (vocabulaire, structure des phrases, dialectique). Ils permettent d’enrichir le vocabulaire de l’enfant mais aussi de développer ses raisonnements, son imaginaire. L’expérience est tout autant intellectuelle, émotionnelle que sensorielle avec le format du livre, le toucher du papier, les pop-ups…

Quant aux jeux vidéo, ils mêlent le plaisir de gagner, réussir des étapes à la frustration de devoir recommencer certaines actions afin d’évoluer dans le jeu.

Chez CotCotCot Éditions, nous pensons que les livres interactifs viennent s’insérer entre les livres et jeux vidéos. Suivant leur degré d’interactivité, ils sont ludiques et éducatifs. Ils permettent à l’enfant d’intervenir dans l’histoire et vérifier immédiatement s’il a bien compris le scénario et ce qu’on attendait de lui (ex. dans le livre de Cécile Eyen, On Tient La Forme, l’enfant doit aider les vaches à s’évader de leur champ en enlevant les piquets). Il faut toucher, pincer l’écran pour avoir un résultat. Enfin, le live applicatif se démarque de toute contrainte physique. La page peut-être infinie ou presque.

Il est reconnu que les enfants ont besoin de répétition afin de pouvoir assimiler les mots, le vocabulaire, les sons et enfin le scénario dans son intégralité. Souvent passifs devant un dessin animé, ils vont subir un défilé d’images sans toujours avoir le temps ou les codes pour les décrypter. Le livre application, lui, permet d’arrêter le récit, de revenir sur les pages précédentes et d’agir sur la suite de l’histoire.

Tout comme les jeux vidéo ou les dessins animés, ils peuvent entraîner des comportements répétitifs voire compulsifs qui mettent souvent l’enfant dans un état d’excitation extrême. Les tablettes et autres liseuses électroniques sont à utiliser avec modération en ce qu’elles viennent s’ajouter aux autres écrans auxquels l’enfant est confronté.

En tous les cas, l’accompagnement et la vigilance des parents sont primordiaux.

 

Un exemple bzz
CotCotCot-kids-app-on-the-App-Store-logo-quifaitbzz-transparentDans le livre applicatif « Qui fait bzz ?« , Sabine De Greef a choisi le format d’une frise. On se promène avec un petit chat-sseur d’abeille… là où un livre papier montrerait le chat prêt à sauter en page 1, en train de sauter  en page 2 et après le saut en page 3, il nous a bien fallu ici montrer, développer le mouvement de son saut sans tourne de page.Cette gestion de « l’entre-pages » a été tout particulièrement compliquée du point de vue de la narration et a nécessité de nombreuses itérations entre l’auteur.e et le développeur.Cependant, nous avons toujours été très vigilants à ne pas transformer le livre en dessin animé. Le lecteur n’est pas passif. Il se transforme en lect-acteur, petit lecteur actif et créatif – à la limite de ce que lui permet le code informatique.

Aller plus loin :

– notre site de veille et formation Numérique Jeunesse